fbpx

“Si tu ne prends pas de temps
pour ta santé,
tu devras prendre du temps pour guérir.”

Martin Meadows

ÉCOUTE TON CORPS ! NE TE TROUVE PAS D’EXCUSES (partie 2)

Voici le deuxième exercice pratique que j’aimerais partager avec toi pour avoir la bonne écoute envers ton corps. 

(le premier exercice est ici)

 

DÉCODE LE MESSAGE DE TON CORPS

Attention, là on passe à l’étape un peu plus ésotérique. Tu es libre d’embarquer ou pas dans le bateau. Je t’invite à être curieux.se et ouvert.e à cette découverte.

En PNL, on parle d’écologie et d’intention positive. Aujourd’hui je te propose de remplacer ça par deux questions que tu peux te poser en tout temps !

* Qu’est-ce que cela m’empêche de faire / d’être / d’avoir ?

* Qu’est-ce cela me permet de faire / d’être / d’avoir ?

 

–> Commence par trouver un p’tit mal physique qui t’embête. Quelque chose de minime, quelque chose qui se classe dans la catégorie « arf, je l’ai toujours eu, je vis avec, je m’en aperçois presque plus. »

–> Ensuite, pose toi la première question. qu’est-ce que p’tit mal de presque rien t’empêche de faire / d’être / d’avoir.

Ton conscient va t’envoyer toute sorte de réponses stériles…
« bah rien, non rien vraiment. »
« Des fois ça m’empêche d’aller danser, mais tsé avec le confinement, on ne peut plus. »
Comme tu peux le constater ces réponses ne mènent à rien d’autre qu’à la justification de la présence du mal. 

Je te propose d’aller ailleurs, d’aller là où tu as enfoui une tonne de ressources, de souvenirs, d’images, de bruits, de sensations. Bienvenue dans ton inconscient ! Lis ceci et ensuite ferme les yeux… Si tu fais l’inverse ça aura beaucoup moins d’impact !!

– Répète la première question à voix haute plusieurs fois, comme si tu posais la question à une personne qui avait du mal à entendre.

– Laisse monter les images, les mots, les sensations.

– Prends les en note et continue de questionner chacune des réponses.

=> Si la première question (ce qui t’empêche) n’apporte que peu de résultats, va du côté de la seconde question (ce que cela te permet).

*** Maintenant tu peux fermer les yeux et te poser les questions. ***

Je vais te partager en toute humilité les résultats de cet exercice pour moi. Cela fait 2 ans que je me traine un p’tit bobo sous le pied gauche. Un truc non diagnostiqué officiellement et que j’ai apparenté au pied d’athlète (boutons qui démangent dans les zones humides des orteils). J’ai essayé l’exercice dernièrement, faut bien que je teste avant de te dire de le faire !

Voici le cheminement :

* Qu’est-ce que ces boutons sous le pied gauche m’empêchent de faire / d’être / d’avoir ?

-> ça m’empêche de marcher, ça m’empêche d’avancer, ça m’empêche de mettre les souliers que j’aime, mes souliers préférés.

BAM ! Tu la vois l’analogie ? Je m’empêche de mettre mes souliers préférés. Mise en contexte… ces boutons ont commencé lorsque j’ai ressenti le début d’un stress professionnel. Le stress que je connais bien « comment je suis arrivée à avoir tout ça dans mon assiette ? comment je vais faire pour livrer sachant que ce n’est pas du tout ce que je voulais faire et ce pourquoi j’avais signé… »
Alors depuis la prise de conscience, je me remets sur la track, ma track préférée, je me choisis, je choisis ce que je veux faire, mon chemin préféré. Pis les boutons ? Ils vont et viennent, je continue de les soigner avec des crèmes et les trésors de mon inconscient.

 Rendez-vous ici pour le 3e exercice pratique !

 

— attention je ne suis pas médecin, infirmière, chiro, kiné, physio etc. je suis coach en PNL et je suis convaincue des effets limitants et motivants de notre pensée —

 

%d blogueurs aiment cette page :